abaissement de la vitesse à 80 km/h

Vous pouvez accéder directement au dossier complet en cliquant sur L abaissement de 90 a 80 km h  ou lire directement le résumé ci-après

 La vitesse de 90 km/h est dangereuse sur les routes bidirectionnelles (sans séparateur central). L'abaissement à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée présente réellement de très importants gains de sécurité.

Le principal danger sur toutes les routes bidirectionnelles est la collision frontale (plus de 600 morts par an), quelle que soit la qualité de l'aménagement. Un deuxième danger existe sur les routes bordées d'obstacles latéraux : arbres, poteaux, têtes de buses, parapets (plus de 800 morts par an).

Le facteur déterminant de ces deux types d'accidents est la vitesse. Pour reprendre les propos de M. Barbe : "soit parce que vous ne roulez pas vite vous n'aurez pas d'accident, soit parce que vous roulez moins vite vous éviterez sa gravité".

Le choc à 80 km/h est deux fois moins fort qu'à 90 km/h (50%).

Ce serait une erreur de croire, et ce serait un mensonge de faire croire que le choc est aussi fort à 80 qu'à 90. Ce serait une erreur de dire que "si l'on heurte un arbre à 80 ou à 90 km/h, dans les deux cas, de toutes façons on est mort." Non : un choc à 80 km/h est très différent d'un choc à 90 km/h.

Un mensonge, même répété 100 fois ad nauseam, ne devient pas une vérité.

Quantifions la valeur du choc subie par la voiture et la valeur du choc subie par les passagers.

D'abord la voiture : la violence d'un choc d'une voiture contre un arbre, ou contre une autre voiture, est proportionnelle au carré de la vitesse, c'est une loi physique incontournable qui existe depuis la création de l'univers, 13,5 milliards d'années.

De ce fait à 80 km/h l'énergie du  choc subi par la voiture est déjà 21% moindre qu'à 90 km/h  (80²/90² = 6400/8100 = 0,79 puis 100-79%=21%).

À  cette première minoration de 0,79 subie par la voiture s'ajoute pour les occupants une minoration de décélération due au fait, qu'en cas de collision, l'avant de la voiture se déforme en accordéon et encaisse une partie du choc. Si l'on désigne par "d" la longueur de la partie déformée, la décélération se trouve réduite : g = v² / 2.d. Les voitures actuelles sont construites et testées (crash test) pour qu'à une vitesse d'environ 60 km/h (pour un choc frontal) seule la partie avant de la voiture est concernée par cette déformation (tôles et compartiment moteur sur environ 1 m). À  cette vitesse de 60, l'habitacle où se trouvent les occupants est préservé. Cela se traduit pour les occupants ceinturés, d'une part par une absence de pénétration d'éléments agressifs, et d'autre part, surtout, par une décélération moindre, très inférieure à 100 m/s², c’est-à-dire supportable sans forte gravité. À  titre de comparaison, lors de l'accident de la princesse Diana, la décélération des passagers a été évaluée par quelques ingénieurs, à 200 m/s².

Plus on s'éloigne supérieurement de cette vitesse du test choc de 60 km/h, plus les dommages corporels subis par les occupants seront graves, voire mortels. À  90 km/h nous sommes éloignés de 30 km/h de la vitesse du crash-test (60), tandis qu'à 80 nous en sommes éloignés de seulement 20 km/h : les dommages corporels sont donc les 2/3 de ceux subis à 90 km/h, soit une minoration de 0,67.( (80-60/90-60=20/30=0,67)

En tenant compte des deux minorations 0,79 et 0,67, la minoration totale de la décélération et gravité des blessures subies par le corps des occupants entre 90 et 80 km/h s'établit donc à 0,79 x 0,67 = 0,53.

En conclusion, en cas de collision frontale avec une autre voiture ou contre un obstacle latéral (ex arbre), la décélération et la gravité des blessures subies par le corps des occupants à 80 km/h serait donc seulement de 53% de la gravité subie à 90 km/h. Compte tenu des marges d'erreur et des particularités propres à chaque accident, on peut considérer que la minoration sera entre 0,45 et 0,60  soit globalement moitié moindre.

À 80 km/h, le choc et les dégâts corporels subits par les occupants seront donc 2 fois plus faibles qu'à 90 km/h

Pour plus d'explications cliquer sur : L abaissement de 90 a 80 km h

A titre d'illustration de la nécessité d'abaisser la vitesse à 80 km/h, nous avons étudié les conditions de survenue des très graves accidents récents dans le département de la Côte d'Or. Comme dans beaucoup de départements, des accidents très graves (plusieurs jeunes tués de 18 à 28 ans), dus à la vitesse, surviennent par collision frontale, souvent sur des routes prioriraires à fort trafic, pourtant bien aménagées même sans dangers particuliers (absence d'arbres, poteaux, parapets de ponts, glissières, têtes de buse, chaussée non glissante, non dégradée). Explications sur : Accidents cote d or

.

 

 

Danger coll front omnipresent

 

Frontales et arbres 1

Tete de buse texte

 

Arp

 

Recuperation

 

Zones laterales

Accidents cote d or