Analyse de quelques accidents particuliers récents : comment aurait-on pu les éviter.

 Un cycliste tué la nuit par une voiture 

Lundi 27 avril 2019 à 5 h, un cycliste a été heurté de front, et tué par une voiture qui effectuait un dépassement, sur la RD 465 à Chaux (Belfort). Analyse : Les accidents de piétons et de cyclistes circulant la nuit sont particuliers : ils font partie des quelques cas d'accidents les plus difficiles à éviter car les piétons et les cyclistes sont souvent peu visibles et les automobilistes ne s'attendent pas à les trouver à ces heures là. Lorsqu'on roule en voiture la nuit il est absolument nécessaire de prendre l'habitude de tout imaginer et redoubler d'attention. Lorsqu'on roule à vélo la nuit il faut être très, très, visible : la lumière des vélos est rarement assez efficace, il faut un gilet jaune ou un vêtement blanc rétroréfléchissants. On doit à tout instant être prêt à s'échapper sur l'accotement en descendant de vélo, même si on trébuche un peu, et pour cela il faut bannir les cale-pieds (à lanière ou automatiques) lorsqu'on ne roule pas en compétition sportive.   Voir dossier détaillé : Tout sur la securite du cycliste

Un piéton tué par une trottinette électrique

À Levallois-Perret le 12 avril 2019, un piéton de 81 ans qui traversait à un passage piéton, alors que le pictogramme était vert pour lui, a été tué, fauché par un homme en trottinette. Le choc a été violent, le conducteur arrivant à vive allure. Le piéton a été projeté sur trois mètres, gravement blessé il est mort trois jours plus tard. Commentaires : même si l'on n'est pas heurté, c'est vraiment vraiment chiant pour un piéton d'être brutalement frôlé par une trottinette électrique qui arrive par derrière. Il FAUT les INTERDIRE, et vite, sur les trottoirs et les passages piétons, sauf les moins de 8 ans, comme c'est la règle pour les cyclistes, et mettre des PV en cas de non respect. Leur place est sur la chaussée, portant un gilet jaune, ou sur les pistes cyclables sinon les piétons vont chercher des solutions, entre autres le pistolet à eau rempli d'encre.

Pompiers ou gendarmes accidentés alors qu'ils intervenaient sur un accident

-- Périphérique Paris - 22 avril 2019 deux pompiers ont été gravement blessés alors qu'ils intervenaient sur un accident : ils ont été percutés par une voiture à 6h30 (avant le lever du soleil 6h49).

Fréquemment des accidents de ce type se produisent la nuit. Les vêtements de service attribués aux pompiers et des gendarmes pour les sorties nocturnes sont-ils totalement jaune ou blancs et suffisamment rétroréfléchissants ? On est toujours surpris de se rendre compte que, sur une "4 voies", les automobilistes ont besoin d'une signalisation d'alerte placée très en amont car sur de telles voies ils ne s'attendent pas à trouver des incidents ou obstacles sur la route.

Récemment quelques accidents nocturnes similaires :

-- Hombleux - 2 mars 2019 à 23 h - Un automobiliste a percuté violemment et blessé grièvement un gendarme qui s’était mis en travers de la route départementale 930, pour procéder à un contrôle routier.

-- Gonesse  - 21 octobre 2018 – autoroute A1 – à 2 h du matin - Un gendarme tué dans le Val d'Oise alors qu'il sécurisait un accident. Les gendarmes ont stoppé leur véhicule en amont de l’accident en actionnant ses feux de détresse et son gyrophare.

-- Albi – 15 octobre 2018 – à 6 h (nuit).  Une policière en intervention sur un accident sur la rocade a été fauchée et tuée par une voiture. La patrouille de police secours était en train de sécuriser un accident quand une voiture les a percuté, le chauffeur dit avoir aperçu l'accident au dernier moment dans la nuit noire sous une pluie battante.

Un camion percute un car d'enfants en panne, arrêté sur l'A4

Le 16 août 2018 sur l'autoroute A4 à Villers (Aisne) un camion percute un bus d'enfants de 3 à 13 ans arrêté sur la bande d'arrêt d'urgence pour changer un pneu crevé - 41 passagers – 7 blessés graves dont 2 adolescentes blessées très graves.

Analyse de cet accident et solution pour l'éviter.

Il est très dangereux de s'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence (BAU) car les véhicules qui circulent peuvent dévier vers la BAU pour diverses raisons.  Il ne faut s'arrêter sur la BAU que si l'on est strictement obligé et pour une très courte durée. 

Si l'on doit s'arrêter pour un motif quelconque, il faut s'arrêter sur un refuge : il en existe tous les deux kilomètres. Une panne mécanique ou la crevaison d'un pneu ne surviennent pas brutalement : il est toujours possible de continuer à rouler tant bien que mal pendant un kilomètre jusqu'au prochain refuge, même si cela détériore le pneu.

Si néanmoins une panne exceptionnelle impose de s'arrêter brutalement sur la bande d'arrêt d'urgence, il faut tout de suite que l'un des adultes enfile son gilet jaune et aille  poser le triangle de sécurité à 300 mètres (pas 100, pas 200) en marchant près de la berme gazonné ou près de la glissière et en restant à ce point, éloigné de la chaussée, avec son gilet jaune jusqu'à ce que le véhicule puisse redémarrer. En ce qui concerne les autres occupants,  ils ne doivent pas rester dans la voiture ou le car, surtout s'il s'agit d'enfants : ils doivent de suite sortir du côté droit et s'éloigner le plus loin possible sur le talus en franchissant la glissière s'il y en a une.

Le 4 août 2018 dans les Landes, piétons tués la nuit

Deux accidents mortels de piétons marchant la en pleine nuit sur la chaussée en rase campagne : un homme de 30 ans tué sur la RD 817 à Orthevielle, il revenait des fêtes de Peyrehorade et rentrait chez ses parents, un adolescent de 17 ans tué à Soustans tué par un véhicule du Conseil départemental des Landes en déplacement pour l'accident précédent. Solutions pour éviter ce type d'accident fréquent : 1 – marcher à gauche,  2 – avoir un vêtement muni de rubans rétroréfléchissants cousus ou porter un gilet  de sécurité jaune, 3 – plutôt que de rentrer à pied, téléphoner à des parents ou amis de venir les chercher en voiture, 4 – pour les maires et les présidents de Conseils départementaux : rendre "marchables" les accotements sur 1 km autour des agglomérations et sur 1 km autour des discothèques. Détails sur le lien  : Accidents de pietons la nuit

 

Un poids lourd traverse le terre-plein central de l'autoroute A7 - 3 morts

Le 18 juillet 2018 un poids lourd traverse le terreplein centralde l'autoroute A7 à Avignon, enfonce les glissières de sécurité métalliques et percute des voitures circulant sur l'autre voie : 3 morts. Ce type d'accident est particulièrement meurtrier, et impossible à maitriser pour les automobilistes qui voient subitement un camion ou un car franchir les glissières centrales en face d'eux. La cause de l'accident est souvent (mais pas toujours) l'éclatement du pneu avant gauche, et souvent (mais pas toujours) d'un poids lourd étranger. La cause du franchissement est la fragilité  des glissières métalliques qui, selon la norme de 1988,  ne résistent qu'à 1250 kg. Selon les nouvelles normes 2009 et 2014) les dispositifs de retenue résistent à des véhicules de plus de 10 tonnes. Mais la MEILLEURE SÉCURITÉ EST OBTENUE PAR DES GLISSIÈRES EN BÉTON : elles résistent beaucoup mieux et le franchissement est très rare, même si néanmoins parfois le camion se renverse sur la glissière, sans empiéter franchement sur la chaussée. Accidents de franchissement du terre plein central

 

Le 15 juillet 2018 à Frouard, un scooteriste fauche 3 enfants.

Un scooteriste fauche et blesse gravement trois enfants en train de traverser sur un passage piéton "je ne les ai pas vu car ils étaient masqués par la voiture qui était arrêtée pour les laisser traverser" IL A RAISON !  Il faudrait très vite instaurer la possibilité de tracer une ligne d'arrêt à 5 mètres en amont des passages piétons importants (mesure N° 5 proposée par Édouard Philippe Premier ministre le 9 janvier 2018). Il faut instaurer cette mesure très vite, mais surtout très BIEN, or cela semble "mal embarqué". voir : Croquis ligne d arret et  Ligne d arret accident d annemasse et  Ligne d arret experimentation a rennes